« 143 rue du désert », un « Bagdad café » algérien !

24/06/2021 – Nicolas Beau

Le deuxième long-métrage de Hassen Ferhani, « 143 rue du désert » est une rencontre improbable avec la très réelle Malika, une vieille femme qui vit seule dans sa petite buvette perdue dans le Sahara algérien. Du grand !
Hassen Ferhani, le réalisateur : « J’ai imaginé ce lieu comme une agora de démocratie »
Après son remarquable, très remarqué et à juste titre multi-primé premier long-métrage « Dans ma tête un rond-point », son huit-clos dans les anciens Abattoirs d’Alger, hallucinant et poétique, Hassen Ferrani, le réalisateur algérois installé à Marseille, poursuit avec son second long-métrage sa singulière démarche de documentariste, mais cette fois  en plein air et en plein désert. 
Dans son tout aussi réussi film « 143, rue du désert », on fait la connaissance de l’improbable Madame Malika, vieille femme qui vit seule au milieu du Sahara algérien. Tout le monde l’appelle Malika malgré son âge avancé, mais cette familiarité est un signe de respect affectueux et on le sent dès le début du film, presque instinctivement.

Une fiction poétique

Malika est le sujet du documentaire de Hassen Ferrani. Une vielle femme qui vit seule dans sa bicoque perdue au milieu du plus grand désert du monde, c’est effectivement un sujet en soi. D’autant que la bicoque de Malika fait office de buvette où la maitresse des lieux sert des omelettes, du café, du thé- des rafraichissements seulement quand le frigo le permet, aux clients.
Encore plus envoutant que Bagdad Café,  la buvette du 143 rue du désert ! Les clients de Malika sont des routiers, des voyageurs, parfois des touristes, tous empruntent pour diverses raisons la Nationale 1, la plus longue route d’Afrique qui relie Alger au Niger,  La Route de l’Unité Africaine comme on disait à l’époque où l’Algérie régnait sur l’OUA, ou encore la Transsaharienne.  
Chez Malika, tout le monde se sent à l’aise. Même quand une caméra est là. Dans ce  lieu improbable chacun des passants ramène un bout de son monde, sa part d’angoisses, sa portion de rêves. 

Un pays à l’arrêt

Passent chez la vielle dame du désert Maja la baba-motarde polonaise, une quinzaine de jeunes musiciens ivres de leur jeunesse, des routards philosophes, un imam doux et inquisiteur à la fois, un journaliste qui est aussi un comédien et qui se trouve être l’excellent et impertinent Chawki Amari. C’est d’ailleurs lui qui a soufflé l’idée au jeune réalisateur algérois, c’est lui qui a connu Malika en premier !
S’il flotte un air de non-sens dans le documentaire 143 rue du désert, Chawki Amari n’y est pas pour rien. La caméra de Hasssen Ferrrani est très souvent fixe, elle ne fait pas son intéressante, elle capte les discussions et les rencontres, réelles ou suscitées. Les scènes sont souvent drôles, parfois inquiétantes, toujours poétiques. Elles disent l’Algérie aujourd’hui, avec ses traumas du passé et ses mirages d’avenir. Mais le film ne se contente pas de filer la métaphore d’un pays à l’arrêt, c’est un documentaire universel sur la condition humaine.
La caméra de Hasssen Ferrrani est très souvent fixe

Malika, reine du désert

Si Malika est le sujet du documentaire de Hassen Ferrani, elle n’est jamais son obligée. Elle garde ses mystères. Malika sait qu’elle est aussi l’héroïne de la fiction qui habite le film. Toute la réussite de « 143 rue du désert »,  est de brouiller les frontières entre le réel et la fiction, entre ce qui est joué et ce qui ne l’est pas. Entre les choses qu’on dit et celles qu’on cache. 
De voir le réel au plus près et de le tenir à distance, c’est la bonne méthode adoptée par le jeune réalisateur algérien installé depuis peu à Marseille. La buvette de Malika est menacée par le chantier d’une station-service avec cafétéria et mosquée incorporées. Le chantier, le réel, reste hors-champs.
Dans « 143 rue du désert », Hassen Ferrani filme Malika et son petite monde non pas comme la fin d’un monde mais comme une oasis de possibles, un mirage de bonheur. On recommande aux lecteurs d’aller voir le film pour savoir si finalement Malika est une captive du désert ou plutôt, comme son prénom l’indique, une reine… du désert.