Israel dans la crainte d’une attaque massive

Rédigé le 05/04/2021
Louise Dimitrakis

L’Institut d’études sur la sécurité nationaleisraélien a émis l’hypothèse dans un rapport intitulé Rien ne reste le même qu’Israël évalue la possibilité que ses grandes villes et ses sites stratégiques soient durement touchés par des missiles de précision provenant de différents fronts.

Le Général de brigade Udi Dekel, qui a préparé le rapport, a déclaré que le scénario est « extrême mais pertinent », ajoutant que le front intérieur « est un point faible et qu’il n’y a pas suffisamment d’investissements pour se préparer à un tel scénario ».

Selon Israel Hayom, la possibilité que le front intérieur israélien soit ciblé par une attaque massive de missiles et des offensives généralisées « a jusqu’à présent une présence relativement faible dans l’analyse publique et médiatique. » Cependant, au cours des deux dernières années, l’Institut a placé la menace d’une attaque massive de missiles « au sommet de la carte des menaces mises à jour contre Israël ».

Ce scénario extrême indique qu’il existe « un arsenal d’armes qui sera dirigé contre nous », notamment « des missiles et des drones de Syrie et du Liban, des missiles balistiques et des missiles de croisière d’Iran et d’Irak ».

« Des forces compatibles profitent des excellentes capacités militaires qu’elles possèdent pour lancer une opération soudaine, des salves de missiles et des escadres de drones. »

Le rapport mentionne un groupe de cibles importantes en Israël, que le rapport qualifie de « cibles stratégiques précieuses », telles que « les batteries de défense aérienne, les raffineries à Haïfa, les centrales électriques et de transport et les installations de dessalement de l’eau, les entrepôts de substances toxiques, les infrastructures gazières, le bureau du Président, la Knesset, le bâtiment de l’état-major général, le quartier général souverain, les unités d’entrepôt d’urgence, les bases de l’armée de l’air, l’aéroport, les ports maritimes, les bases militaires, le premier commandement de l’armée israélienne dans le bâtiment du ministère de la Sécurité et les systèmes d’interception. »

Ce rapport est-il une intx pour justifier de possibles frappes, demain, contre l’Iran ou la Syrie Ou une façon de convaincre Joe Biden que la sécurité d’Israel est toujours menacée par ses voisins ? A moins que la crainte soit réelle de voir l’Iran, regonflé par le changement de ligne de la diplomatie américaine, passer à l’offensive? 

*Version originale : Middle East Monitor, 3 avril 2021