Notre série sur Hamas (2), les militaires ont pris le pouvoir sur le politiques

13/11/2023 – Nicolas Beau

Le Hamas est une organisation au système de fonctionnement opaque divisée en deux branches, l’une politique et l’autre militaire. Ces deux ailes auraient tendance à agir de manière relativement indépendante l’une de l’autre, notamment dans les modalités de l’attaque du 7 octobre, même si les dirigeants réfugiés au Qatar assument l’attaque qui a été déclecbée ce jour là. » Nous savions qu’il y aurait beaucoup de morts palestiniens, a déclaré l’un d’eux au New York Times, mais il c’était la condition nécessaire pour ouvrir un nouveau chapitre. »
Capture d’écran d’une vidéo diffusée en octobre 2005 sur le site du Hamas, dans laquelle un homme présenté comme étant Mohammed Deif, le chef des Brigades Ezzedine al-Qassam, appelait à intensifier la lutte armée contre Israël
Depuis l’élimination de l’ancien cofondateur du mouvement Abdel Haziz al-Rantissi, tué en 2004 par un tir de missile israélien, certains experts estiment que ce sont les responsables de la branche armée, les fameuses  « brigades Al Qassam », qui ont la main sur le processus de décision lorsqu’il s’agit de lancer des assauts contre Israël, tel celui du 7 octobre – qui a fait 1500 morts côté israélien, dont de nombreux civils.
Encore que « ces Brigades », dont les combattants vivent reclus dans les labyrinthes de tunnels creusés à Gaza, n’exercent pas leur tutelle sur l’ensemble de Gaza. Ce territoire fragmenté qui ressemble à une Somalie livrée à des structures tribales concurrentes et armées, est une espèce de cloaque tenu par des clans, des familles, des quartiers qui vivent grâce aux trafics divers et variés, chacun détenant une part de gâteau. Les groupes armés sont alternativement  aux mains du « Jihad islamique », de l’État islamique » ou surtout des fameuses « Brigades Al Qassam » du Hamas dont on peut imaginer qu’elles osnt directement connectées sur l’Iran.
Dans cette sorte d’anarchie, Il est difficile de juger du degré d’autonomie dont bénéficieraient les « brigades » par rapport la direction politique, désormais basée au Qatar et secondairement en Turquie après l’avoir été longtemps basée en Syrie. De nombreux experts estiment que l’actuel chef du Hamas, Ismail Haniyeh, n’a pas été mis dans la confidence de l’offensive du 7 octobre par le « général en chef » de la branche militaire, Mohammed Deif, doublement qualifié d' »homme de la mort » et d' »homme aux neuf vies »…Une certitude, des divergences stratégiques ont toujours éxisté entre militaires et politiques.

Évaluations américaines

En 2012, les Etats-Unis avaient demandé au Qatar d’accueillir les leaders politiques du Hamas pour empêcher que ces derniers, durant les rébellions du « printemps arabe » , se réfugient en Iran. La démarche n’était pas absurde qui renforçait des possibles fissures au sein de la direction du Hamas. En avril 2013 encore, ces derniers rencontraient encore les dirigeants séoudiens engagés dans une normalisation de leurs relations avec Israël en donnant l’impression de faire un pas vers la recomposition du Moyen Orient qui s’amorçait sous la hulette de MBS, le prince héritier séoudien.
Les leaders politiques du mouvement étaient-ils au courant des modalités de l’attaque du 7 octobre? La question est d’autant plus légitime que les renseignements américains ont tranché cette question sans équivoque, comme l’indiquait une note de synthèse de la position de la CIA dont le journal « le Monde » a pu avoir connaissance. « Le débriefing américain souligne […] que la branche politique du Hamas, dont les chefs se trouvent à Gaza mais aussi à l’étranger, […], aurait été tenue à l’écart de la préparation de l’attaque armée« . Cela « n’interdit cependant pas que certains membres de la branche politique […] aient pu être informés, en amont, à titre individuel« .
Les « informateurs » des services de renseignement hébreux, qui surveillent de près les antennes du Hamas à l’étranger, avaient levé le pied sur l’organisation militaire du Hamas à Gaza. Ni annonce générale, ni document en circulation, aucune concertation politique au sein du mouvement islamiste: l’attaque terroriste est passée sous le radar du Shin Beth et du Mossad.

Les « politiques » infiltrés

Le fait que la direction politique soit notoirement infiltrée par des « taupes » à la solde des services secrets israéliens autorise certaines spéculations. La branche militaire doit vraisemblablement rester très discrète dans ses communications avec les chefs du mouvement, qui résident à Doha ou à Istambul Ces mêmes leaders ont-ils ainsi été surpris par la violence et l’ampleur de l’attaque, voire par l’attaque elle-même ? C’est une question qu’il est légitime de se poser. Sans compter que les assaillants, indiquent certaines sources, ont pu eux-mêmes être surpris par la facilité avec laquelle ils ont pu pénétrer en territoire israélien et le manque de réaction de « tsahal » , au moins durant les premières heures…
Le débat n’est pas entièrement nouveau : il y a plus de vingt ans, des experts citaient déjà un important responsable du Hamas confiant sous le sceau de l’anonymat à des chercheurs occidentaux que les « Brigades » ne sont pas directement « aux ordres de la branche politique » et « n’annoncent pas à cette dernière leurs plans à l’ avance ». (1) 
 L’histoire récente montre à quel point la direction politique en exil choisit parfois des options sensiblement différentes des choix  de la direction militaire, rétive à toute concession.  Avant d’être lui aussi assassiné, le fondateur du Hamas Ahmed Yacine avait émis l’idée d’une « trêve de longue durée » avec Israël. Aux élections de 2006 remportées démocratiquement par le Hamas, le mouvement religieux avait accepté le principe d’une « option démocratique » sanctionnée par les urnes. En 2017, la charte duHamas infléchissait, à la marge,  sa position sur l’État hébreu, tout en continuant à vouloir la disparition d’Israël.

Flou généralisé

Dernièrement, lors d’une interview à la chaîne de télévision américaine CBS, le porte parole du Hamas, Ghazi Hammad a fait une déclaration surprenante en se démarquant quelque peu de la violence aveugle du « 7 octobre » : selon lui, il s’agissait avant tout de viser des « infrastructures militaires  » israéliennes , les victimes civiles apparaissant presque comme des « dégâts »  collatéraux. Dans le même temps, le porte-parole présentait  les « kibboutzim  » comme des « colons », constituant donc des  cibles « légitimes ». 
D’autres déclarations de la direction politique ont même semblé contribuer à relativiser les prises d’otages israéliens -Plus de deux cents- en laissant entendre que certaines personnes enlevées l’ont été par d’autres organisations que le Hamas ou par le mouvement concurrent du Jihad Islamique – ou même par des civils incontrôlés dans la population qui se seraient associés à la « razzia » orchestrée par les combattants gazaouis.
DES MEMBRES DES BRIGADES AL-QASSAM DISTRIBUENT DES BONBONS APRÈS LA FIN DE LA PRIÈRE DE L’AÏD AL-FITR
Il faut évidemment se garder de tout relativisme excessif, la direction politique ayant pour l’essentiel assumé l’opération du 7 octobre et l’extraordinaire orgie de violence qui en a résulté. Mais il est incontestable, comme c’est le cas dans la plupart des organisations combattantes, que les priorités stratégiques divergent entre politiques et militaires.
En théorie certes, le bureau politique élu de 15 membres, issus de Gaza, de la Cis-Jordanie occupée et même des geôles israéliennes, est seule habilitée, en principe, à prendre les décisions. Mais comme le faisait remarquer récemment « Le Monde », citant un expert des questions palestiniennes , Washington avait  même un temps « misé sur la modération du [Hamas] « …Sans tenir compte de l’inflexibilité des brigades Al Qassam, dont l’aura d’organisation combattante est aujourd’hui portée aux nues par de nombreux Palestiniens ». 
Les « brigadistes », à la différence des leaders confortablement installés au Qatar, sont aujourd’hui sur le terrain. Et un grand nombre d’entre eux seront encore présents dans les ruines de ce territoire martyrisé lorsque l’impitoyable opération militaire israélienne prendra fin d’une façon ou d’une autre. L’aura de ces Brigades qui se se ront battues immeuble après immeuble pour défendre la population seront plus fortes que jamais !   
(1) Kass, Ilana; O’Neill, Bard E. (1997). The Deadly Embrace: The Impact of Israeli and Palestinian Rejectionism on the Peace ProcessUniversity Press of America/National Institute for Public Policy.