La société Wagner, une pieuvre russe en Afrique

09/03/2021 – La redaction de Mondafrique

Connue pour sa forte présence en Libye déchirée par la guerre, la société de sécurité russe Wagner Group se développerait sur tout le continent africain, se mêlant des conflits et œuvrant en faveur des intérêts du Kremlin. Un article paru sur le site laminute.info

Formé en 2014 en Ukraine et détenu par l’homme d’affaires Yevgeny Prigozhin, le groupe Wagner est intensément impliqué dans plusieurs conflits non seulement en Ukraine mais aussi à travers le monde, du Moyen-Orient à l’Amérique latine. La présence la plus connue du groupe a cependant eu lieu en Syrie et en Libye, où la Russie a activement participé à la guerre civile et aurait utilisé le groupe Wagner comme mandataire dans la région. Bien que la Russie ne reconnaisse officiellement aucune coopération avec le groupe Wagner, les rapports sur le terrain prouvent le contraire.

Après sa fondation initiale en 2016, il a été signalé que le groupe comptait 1 000 employés, ce qui a rapidement culminé à 6 000 en 2017. Le groupe aurait des bureaux en Argentine, à Saint-Pétersbourg et à Hong Kong.

Bien que les employés de la société ne soient pas autorisés à prendre et à publier des photographies ou des enregistrements vidéo ou à partager leur emplacement, il existe de nombreux rapports sur la présence du groupe dans divers pays, qui sont souvent témoins de controverses.

Dernièrement, les sites où la présence de Wagner a été signalée s’étendent de la Libye à (presque) tout le continent africain, où le groupe serait non seulement impliqué dans les conflits en entraînant des armées, mais exploite également des sociétés minières et de cybersécurité.

Certains des pays africains qui auraient une présence Wagner sont le Soudan, la République centrafricaine (RCA), le Zimbabwe, l’Angola, Madagascar, le Soudan, la Guinée, la Guinée Bissau, le Mozambique et (très probablement) la République démocratique du Congo.

Il est rapporté que Wagner (et ses sociétés annexes) ont certains privilèges et droits dans ces pays d’utiliser et de bénéficier des ressources naturelles de ces pays et de fournir en retour des armes, de la technologie et des services militaires.

Libye: le terrain de jeu de Wagner

En Libye, la Russie a soutenu le putschiste général Khalifa Haftar dans sa lutte pour s’emparer du pouvoir du gouvernement d’accord national (GNA) reconnu par l’ONU à Tripoli.

Le 24 juillet 2020, le Commandement américain pour l’Afrique (AFRICOM) a accusé la Russie de «jouer un rôle inutile en Libye en livrant des fournitures et des équipements au groupe Wagner».

Le groupe Wagner compte 2 000 personnes en Libye, selon le commandement. Actuellement, le groupe a des bases dans les villes de Syrte et Jufra.

L’année dernière, les États-Unis ont également imposé des sanctions à trois personnes et à cinq entités liées au groupe Wagner après avoir accusé le groupe de mercenaires d’avoir posé des mines à Tripoli et dans ses environs.

Pendant le processus de conflit, des mercenaires et des armes étrangers ont afflué dans le pays depuis que Haftar a lancé son offensive contre la capitale Tripoli.

Malgré la date limite pour le départ des mercenaires étrangers de Libye en vertu d’un cessez-le-feu d’octobre passé le mois dernier, les appels à accélérer le processus se poursuivent car aucun mouvement n’a été annoncé ou observé sur le terrain.

Centrafrique (RCA): le paradis de Wagner

En RCA, où il y a eu des tensions internes depuis 2013, on suppose que la Russie a renversé la France en tant que puissance étrangère dominante dans le pays grâce à la présence du groupe Wagner.

On estime qu’il y a aujourd’hui environ 450 mercenaires Wagner dans le pays, qui opèrent en tant qu’entraîneurs militaires depuis 2018. Selon un site Web appelé «The Africa Report», il y a actuellement plus d’un millier de «formateurs militaires» en RCA.

Wagner agit en tant que fournisseur de sécurité dans le pays et joue un rôle majeur dans la formation des gardes présidentiels et de l’armée.

Cependant, le groupe protège également les mines d’or et de diamant de la RCA et confisque une partie des revenus perçus via ces mines.

Actuellement, les mercenaires du groupe Wagner sont situés dans le palais de Berego, qui était autrefois le quartier général de Jean-Bedel Bokassa, alors empereur autoproclamé, et qui a maintenant été transformé en base militaire.

Soudan: le visage «  protecteur  » de Wagner

Au Soudan, on sait que le groupe Wagner a effectué des recherches de sites miniers via ses sociétés satellites «Meroe Gold» et «M Invest» en 2017.

Le groupe a également dispensé une formation militaire aux militaires soudanais. Les mercenaires seraient présents dans tout le Soudan, de Khartoum au Darfour. Il est également connu qu’il transfère régulièrement des armes et du personnel du Soudan vers la RCA, ce qui est supposé être l’une des raisons pour lesquelles les États-Unis ont sanctionné M Invest en juillet 2020.

Le Groupe Wagner est d’abord entré au Soudan après que le président soudanais Omar el-Béchir a exprimé son besoin de protection contre les «actions agressives» des États-Unis au président russe Vladimir Poutine. Depuis lors, même après le renversement d’al-Bashir en 2019, Wagner s’est rangé du côté du gouvernement soudanais contre le Soudan du Sud.

Actuellement, on estime qu’il y a environ 300 mercenaires Wagner au Soudan.

Mozambique: le défi de Wagner

Au Mozambique, des mercenaires Wagner opèrent depuis 2018, notamment sous prétexte de lutter contre Daech. Contrairement à d’autres pays, le Mozambique est connu pour être un défi pour Wagner car il a de fortes pluies et des forêts sauvages, qui ont causé la mort d’au moins 10 mercenaires. Actuellement, on estime qu’il y a environ 160 à 300 mercenaires russes au Mozambique.

Wagner aurait investi 60 milliards de dollars dans le pays pour tenter de tirer parti des ressources en gaz naturel. Dans la politique mozambicaine, certains partis politiques accusent les mercenaires russes de Wagner d’avoir lancé des activités de sabotage, ce qui est une affirmation fortement démentie par le Kremlin.

De nombreux experts affirment que de telles activités font partie de la vision géostratégique du Kremlin en Afrique.

En août 2020, un rapport secret du ministère allemand des Affaires étrangères affirmait que la Russie prévoyait d’intensifier sa coopération militaire avec les pays africains dans le cadre de sa nouvelle stratégie pour l’Afrique, y compris la construction de bases dans six pays. Le document classifié sur ce qu’il appelle «les nouvelles ambitions de la Russie en Afrique» indique que Poutine a fait de «l’Afrique une priorité absolue».

En outre, a-t-il déclaré, le Kremlin était « contractuellement assuré » qu’il « serait autorisé à construire des bases militaires dans six pays », à savoir la RCA, l’Égypte, l’Érythrée, Madagascar, le Mozambique et le Soudan. Mais la Russie ne vise pas seulement un déploiement permanent de ses troupes en Afrique, mais elle s’appuie également de plus en plus sur des armées privées ou des groupes mandataires comme le groupe Wagner, selon le rapport.