Un diplomate de l’ONU, Moncef Kartas, emprisonné en Tunisie

Un diplomate de l’ONU, Moncef Kartas, emprisonné en Tunisie

29/03/2019 – Nicolas Beau

Le Procureur de Tunis, Bechir Akremi, vient de placer en détention Moncef Kartas, l’enquêteur chargé par le secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies de préparer un rapport sur le trafic d’armes à la frontière tuniso-libyenne. Un article de Noureddine Hlaoui sur le site Univers News

L’affaire est inédite. Moncef Kartas a été traduit le jeudi 28 mars 2019 dans la matinée devant le procureur général de la République près le Tribunal de première instance de Tunis, Béchir Akremi qui a décidé, dans des conditions contestables, de le placer en détention.

La proximité de ce Procureur tour à tour avec le régime de Ben Ali puis avec les islamistes est connue. Il a été nommé à ces hautes fonctions grâce au soutien du mouvement Ennahdha. Il avait fait en effet l’objet de manquements graves comme juge d’instruction dans l’enquète sur les assassinats en 2013 de personnalités politiques de gauche qui pouvait mettre indirectement en cause les islamistes.

Des accusation d’espionnage non fondées

Le Procureur qui ne semble pas très respectueux du droit a refusé de reconnaître l’immunité diplomatique internationale du haut cadre onusien sous prétexte que les autorités tunisiennes n’étaient pas informées de cette mission. D’où les doutes, selon le même magistrat, sur une possible activité d’espionnage.

Il s’agirait plus simplement dans ce dossier, indiquent des sources proches du diplomate, d’un rapport fouillé et indépendant sur l’implication des islamistes, ces dernières années, dans les trafics d’armes en Libye. Ces dernières heures, l’arrestation du diplomate de l’ONU a provoqué un véritable séisme au sein de l’organisation internationale.

La troika mise en cause?

Des sources bien informées indiquent que l’enquêteur, M. Kartas, était en visite à Tunis pour la remise de son rapport lors de la tenue du Sommet arabe qui doit discuter, entre autres de la crise libyenne. Or, ledit rapport aurait parvenu à la conclusion que la décision onusienne du blocus sur les armes en Libye aurait été violée par la Turquie et le Qatar, via la Tunisie, durant les années 2012/2013. Autrement dit lorsque « la troïka », comme on désignait le mouvement Ennahdha et ses deux alliés du centre gauche, était au pouvoir et que les islamistes d’Ennahdha, proches des Frères Musulmans et très liés au Qatar et à la Turquie, étaient aux commandes.

Le site tunisien qui rapporte ces données le fait, précise-til, avec avec les réserves d’usage en attendant une communication officielle qui tarde à venir de la part des autorités tunisiennes en vue d’éclairer l’opinion publique sur cet incident qui pourrait avoir de graves conséquences pour notre pays.

Un proche d’Angela Merkel

L’Allemagne s’inquiète de cette affaire, alors que le diplomate tunisien a des rapports très amicaux avec la chancelière allemande, Angela Merkel. La Tunisie, qui postule pour un siège au Conseil de sécurité, risque de voir sa demande rejetée.

Sans oublier que le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, devrait rendre visite très prochainement, dans notre pays.

Noureddine HLAOUI

1