Le covid justifierait qu’Emmanuel Macron n’aille pas à N’Djamena

12/02/2021 – La redaction de Mondafrique

A la surprise générale, le président français , Emmanuel Macron, annule son déplacement lundi et mardi prochain dans la capitale tchadienne pour participer au sommet du G5 Sahel

L’ annulation du déplacement présidentiel pour le sommet du G5 Sahel aurait été pris « uniquement », assure l’Elysée, « pour des raisons sanitaires ». Qui peut le croire? Le Covid est un alibi commode mais un peu cavalier?

« Sursaut diplomatique »

Jean Yves Le Drian, patron de la diplomatie française, avait annoncé « un sursaut diplomatique ». L’heure était venue de reformuler la stratégie française en Afrique, qui passait par un retrait de quelques centaines de soldats.

Une opération de communication de grande ampleur était lancée, ces dernières semaines, pour souligner l’importance des enjeux du sommet de N’Djamena. Voici quelques jours, le chef des services de la DGSE, Bernard Émié, qui prend rarement la parole avait dramatisé la situation marquée, prétendait -il, par la possible apparition d’un terrorisme sahélien au coeur de l’Europe.

Autant de façons de faire monter la mayonnaise anti terroriste, en vue pour le chef de l’Etat de vendre l’effort de guerre français en Afrique lors de la prochaine Présidentielle. La montagne a accouché d’une souris. Emmanuel Macron ne part plus au Tchad lundi et mardi prochains.

Visioconférence pour tous

Emmanuel Macron participera donc en visioconférence au huis clos des chefs d’Etat du G5 le lundi après-midi puis à la réunion plénière élargie aux partenaires internationaux le mardi matin.

Initialement, le président français devait arriver le lundi après-midi et rester une nuit sur place. Mercredi, l’Elysée revoyait le programme et ne tablait plus que sur un déplacement d’une journée. Avant de finalement annuler le voyage ce jeudi.

« On ferme les frontières pour les Français, explique-t-on dans l’entourage du chef de l’Etat, donc le président s’est appliqué la même contrainte et l’a appliqué à ses ministres ». Ni Jean-Yves Le Drian, le chef de la diplomatie française, ni Florence Parly, la ministre des Armées ne seront donc présent physiquement à Ndjamena.

Une annulation du « uniquement à des raisons sanitaires », assure l’Elysée, et au regard ‬« des derniers éléments épidémiologiques reçu sur la situation sur place », ajoute le palais présidentiel. Emmanuel Macron participera tout de même à ce sommet en visioconférence. Mais contrairement à ce qui semblait se dessiner, il n’annoncera pas à cette occasion une diminution du contingent de Barkhane.