Beji Caïd Essebsi a couvert la torture sous Bourguiba

Beji Caïd Essebsi a couvert la torture sous Bourguiba

03/04/2019 – La redaction de Mondafrique

L’Instance vérité et dignité (IVD), chargée de rendre justice aux victimes des dictatures en Tunisie dès l’indépendance et jusqu’à 2013, met en cause le président tunisien. Dans son rapport basé sur des milliers de témoignages, elle met en cause des personnes toujours actives en politique et dans les médias. L’actuel président, Béji Caïd Essebsi, est notamment pointé du doigt pour son rôle joué alors qu’il était ministre sous la présidence de Bourguiba.

Les faits remontent aux années 60. L’actuel président était directeur de la Sureté nationale en 1962 puis ministre de l’Intérieur en 1965 sous le président Habib Bourguiba, le premier chef d’État à diriger la Tunisie après l’indépendance.

Le rapport décrit une répression particulièrement « sauvage » exercée sous la présidence Bourguiba. Parmi les victimes déclarées, Moncef El Materi, aujourd’hui âgé de 84 ans, emprisonné de 1962 à 1973 pour complot contre Bouguiba. Celui-ci a déclaré avoir été brutalement puni après s’être plaint devant Beji Caïd Essebsi de ses conditions abjectes de détentions. Selon l’IVD, le président actuel visitait alors la prison en tant que directeur de la Sureté. Il aurait répliqué au prisonnier : « Tu es toujours têtu ! » Moncef El Materi a ensuite été attaché et privé de la visite de sa famille

Le rapport souligne que « les investigations effectuées par l’instance ont prouvé que la torture était systématique et planifiée par les hauts responsables des affaires sécuritaires ». Ces hauts responsables ont « ordonné, incité, accepté et se sont tus sur la torture des victimes durant l’exercice de leurs fonctions » à cette époque.

Selon la même source, les ministres de l’Intérieur de Bourguiba, dont Beji Caïd Essebsi, « étaient au courant que leur dirigeant avait commis des violations graves » et de conclure que ces ministres sont responsables pénalement, au regard du droit international car « ils n’ont pas rempli le devoir qui leur incombe, en vertu des traités et conventions internationales, de protéger les détenus ».

Une copie de ce rapport sera remise ce jeudi 4 avril à l’ONU, à Genève.